pont lienne_image01pont lienne_image02pont lienne_image03pont lienne_image04

Construction d’une passerelle sur la Lienne | Uvrier – St-Léonard

 

Un mode opératoire comme concept architectural étendu, ou

La palplanche dans  tous  ses états !

La conception de la passerelle trouve son origine dans une approche prospective des  techniques de construction adaptées aux contraintes du site; notamment celles nécessaires au creusement de la digue pouvant garantir une bonne protection contre les crues avant pendant et après travaux.

Parmi les modes d’exécutions évalués pour la construction de la rampe ouest, notre choix s’est porté sur la mise en œuvre de palplanches en acier!

Cette méthode éprouvée a révélé un grand potentiel  de  développement à la fois technique  économique et même esthétique! Telle une évidence, celle- ci a été appliquée au concept architectural puis urbanistique du projet. L’ensemble rampes+passerelle est conçu comme un mobilier urbain à l’échelle du territoire. 

La Passerelle sur la Lienne est constituée de deux poutres mixtes précontraintes sur deux appuis et d’un plancher. Chacune de ces deux poutres se prolonge respectivement à l’Est et à l’Ouest de deux mètres asymétriquement et en porte à faux. Cette disposition décalée des parapets permet de hiérarchiser et de guider les usagers et promeneurs empruntant soit la piste cyclable, soit les entiers de digues. La structure des profilés imprime un rythme scandé par la verticalité des ondulations tout au long du parcours.

Couleur : La teinte rougie du métal oxydé des palplanches permet à l’ensemble de l’ouvrage de s’intégrer à la végétation verdoyante de ses berges ; le rouge est la couleur complémentaire du vert.

Modénature : la palplanche de type GU 16-400 se propage à toutes les parties d’ouvrages.

Aux rampes : une fois battue et  mise en place définitivement elle  devient murs de soutènement,  parois, parapets  et façades.

A la passerelle: elle devient coffrage des poutres porteuses et du plancher.

D’où la palplanche dans tous ses états:

Comme matériau unitaire.

Comme mur  contre terre.

Comme profilé unique.

Comme garde-corps pour les rampes + passerelle + chemin de digue.

Comme plancher de passerelle.

Comme coffrage apparent des 2 poutres porteuses

Comme  élément structurel vertical visible en simple ou double face.

Avantages du concept :

Unité  visuelle et matérielle de l’acier brut affirmée.

Simplicité de mise en œuvre des palplanches érigées ici en système total.

Rapidité et délais d’exécution.

Sécurité en cours de travaux et à l’exploitation.

Économie de moyens et faibles coûts d’entretien.

Projet respectueux  de l’environnement.

Durabilité de l’ouvrage.

Détails d’exécution et matérialisation:

L’acier brut : de teinte rouille par oxydation  naturelle.

Piste cyclable et piétonne : revêtement de sol minéral avec poussier de carrière stabilisé au ciment.

Main-courante : le confort et la sécurité des usagers se déplaçant sur des rampes à 6% sont complétés par l’installation d’une main-courante côté aval.

Eclairage : possibilités intéressantes d’intégration d’un éclairage de sécurité adapté aux profilés en acier, ou en s’inscrivant dans un concept d’éclairage public.

Végétation : en utilisant la profondeur des ondes de la palplanche le long des deux rampes d’accès nous proposons d’agrémenter le parcours avec la mise en place d’une végétation grimpante ou tombante.

Evacuation des eaux de surfaces : le revêtement minéral  perméable de la passerelle est drainé par un jeu de perforations du plancher. Les rampes sont drainées par des caniveaux disposés régulièrement.

 

Planches