pl_centenaire_image1pl_centenaire_image2pl_centenaire_image3pl_centenaire_image4pl_centenaire_image5pl_centenaire_image7

Place du Centenaire

CONTEXTE GÉOGRAPHIQUE
Vernayaz est remarquablement situé entre St- Maurice et Martigny au pied de la Vallée suspendue du Trient, entre deux curiosités naturelles, les Gorges du Trient et la Cascade de la Pisse-Vache ;  l’église s’y trouve en épicentre.
La « Place du Centenaire » marquera non seulement le jubilé historique de la création de la Commune de Vernayaz mais offrira aux citoyens, aux paroissiens , aux voyageurs et pèlerins un espace commun d’accueil de qualité dans ce haut-lieu de passages à travers les alpes.
L’axe principal rectiligne constitue la forme urbaine  d’un « village rue » ponctué d’anciennes structures hôtelières avec leurs dépendances , d’une église, de bâtiments industriels et artisanaux, d’habitations, auxquels il a toujours manqué un centre, un espace d’accueil,   une place!
Au cours du temps puis, plus récemment, un pôle économique et commercial s’est développé de part et d’autre de la Route Cantonale vers l’Eglise ; cela confirme si besoin était, que cet emplacement est un centre de convergence à la « croisée des chemins ».
De nombreux parcours naissent ou se croisent ici.
La Route des Dilligences : excursion pédestre conduisant dans la Vallée du Trient en empruntant le chemin historique au départ de Vernayaz.
La Via Francigéna : randonnée pédestre passant par Vernayaz conduisant les pèlerins de Canterburry à Rome.
La Via Cook : en 1863 Thomas Cook, pionnier du voyage organisé, est passé par le chemin des diligences pour faire découvrir la Suisse à un groupe d’anglais.
La Via Géoalpina : parcours géologique reliant le massif des Dents du Midi à Derborence qui traverse la vallée du Rhône en passant par Vernayaz.
Les Chemins Bibliques randonnée pédestre à travers le district de St-Maurice ; le défi n°6 emprunte la route des diligences et le chemin de Gueuroz.

LE SITE
Un vaste espace rectangulaire est traversé tangentiellement par la route cantonale et obliquement par le Chemin de l’Eglise conduisant à l’usine électrique. L’ensemble Eglise/Centre Paroissial est implanté parallèlement en retrait ; il en est l’image emblématique qui prédomine constituant la première des quatre faces de la place.
Vis-à-vis, en bordure de route, l’ancien Hôtel des Gorges du Trient aujourd’hui l’immeuble «Le  Planain » en constitue la seconde.
Latéralement perpendiculairement à la route cantonale au nord, le bâtiment commercial constitue la troisième.
Enfin au sud, le bâtiment de logements « Aline » la quatrième clôt l’espace.

CONCEPT
Réaliser l’unité spatiale de la place, par la mise en forme du sol correspondant à un vaste plan incliné au sommet duquel se greffe le nouveau parvis de l’ensemble Eglise/Centre Paroissial.
Rétablir un rapport d’échelle humaine dans un espace peu densifié.
Création d’un square structuré par une déclinaison de murs.
Au nord de l’église sur le bas-côté, les vestiges d’un mur de pierre subsistent le long du « Chemin de l’Eglise » ; c’est le marqueur d’une ancienne limite. Pour tenter de répondre à la question de son maintien ou de sa destruction dans le cadre des aménagements projetés, une visite du village s’imposât. Celle-ci nous a convaincus de son maintien après avoir constaté qu’a plusieurs endroits, aux « Sonzons » et à « Miéville », subsistent encore des murs de pierre bordant des chemins. Ces intéressants témoins d’une vie rurale et agricole nous renvoient à l’époque où Vernayaz était encore, en quelque sorte, des « mayens de Salvan ». Ces murs enduits d’un crépis de protection sont caractéristiques avec, pour les uns une arasée « en toit » les protégeant ainsi de l’érosion ; et pour les autres, avec une arasée horizontale protégée par une dalle de pierre.
Cet élément symbolique s’est donc imposé à nos yeux comme référence historique constructive et formelle pour proposer une solution urbanistique adaptée à l’organisation de la « Place du Centenaire »; ils sera décliné dans le cadre de ce projet, en limite, avec les limites, au bord des limites et sur les limites.

Le parvis relie de plein pied toutes les entrées ; de l’église, du centre paroissial et de la chapelle funéraire simplifiant l’exploitation des lieux et l’accès aux usagers à mobilité réduite. La cour du « cloître » protégée du vent s’agrandit et offre de nouvelles potentialités en cas de manifestations avec l’allongement possible de la tente. Un espace libre d’aménagement est préservé devant l’entrée de l’église permettant le rassemblement de la foule.
Au centre de l’espace, les murs dessinent un « square » protégé; il établit une relation directe avec chaque bâtiment qui l’entoure.
Chacun d’eux entretient un rapport d’équivalence avec lui.
Tous les chemins y convergent et peuvent le traverser.
Le trottoir longeant la Route Cantonale le traverse de part en part.
Le « Chemin de l’Eglise » se confond;  désormais, il faudra traverser une place.
L’ensemble Eglise/Centre Paroissial s’affirme hiérarchiquement et se repositionne.
Afin de circonscrire l’espace protégé réservé aux piétons en bordure de Route Cantonale, un mur en est implanté le long du massif végétal qui est maintenu dans son assiette ;
Son nouveau traitement minéral/végétal différencié informera le passant sur l’aspect singulier de ce lieu le distinguant des autres, actuellement au « milieu » de l’agglomération pour finalement le situer définitivement au « centre » de celle-ci.

 

Planches