galerie_la_tine_planche1

Galerie la Tine

Constat

Au pied d’une falaise menaçante un ouvrage de protection en maçonnerie de pierre austère mais caractéristique du début du XXème  siècle  et datant de 1902.

 

Contraintes

Pour la démolition complète  puis la  reconstruction partielle  de cette galerie les données prises en compte  pour la conception de ce nouvel ouvrage d’art sont directement issues des contraintes du site d’une part  du système constructif de  l’ouvrage existant en partie vétuste d’autre part et de la nécessité de maintenir le trafic ferroviaire durant la période des  travaux.

 

Matériau

L’unique matériau proposé pour cette galerie est le béton comme référence minérale de l’ouvrage séculaire avec une mise en œuvre contemporaine.

 

Modénature

Les éléments porteurs horizontaux et verticaux trouvent leur formulation dans la rationalisation par la préfabrication d’éléments semblables ou similaires.

 

Formalisation /fonction /esthétique

Le rythme court et répété des intervalles égaux des pleins et des vides est volontaire ; visuellement, il offre aux usagers du MOB Goldenpass une excellente transition  en « claire voie » dès la sortie du tunnel jusqu’à l’espace à ciel ouvert.

Les contreforts historiques  arasés accueillent  la nouvelle construction sur cette  nouvelle base ; un dialogue s’instaure alors par contraste, par opposition de matière, de structure, de pleins et de vides, de couleur, d’ombres et de lumières.

 

Construction

la nouvelle galerie de protection est constituée de longrines et de piles bétonnées sur place ainsi que de poutres en « T » préfabriquées ; l’ensemble est étudié pour être construit autour et par-dessus l’ancienne galerie ; cette mise en œuvre garantit une sécurité maximale des  personnels et des usager durant les travaux avant d’être finalement démolie.